Echoes Corsac.net - Echoes camshot
jeudi 02 mars 2006 (1 post)
Alors voilà. J'avoue que j'aurais pas osé l'ésperer, même après les concerts In the flesh et le Live 8 de l'année dernière. Mais visiblement Roger Waters a encore envie de jouer (et besoin de payer ses impots, sans doute). Alors le voilà qui remonte sur scène. En l'occurrence, pour le 100ème anniversaire de la Formule 1, donc le 14 juillet, à Magny Cours. Bon, ça c'est pour le contexte, mais j'avoue que moi ça me motive pas trop, Magny Cours.

Sauf que voilà, Roger Waters remonte sur scène, pour le coup Nick Mason sera avec lui. Et qu'ils joueront Dark Side of the Moon. Alors voilà, *gni* quoi. Les places commencent à 58€, ce qui déjà est pas donné, et c'est sur la pelouse, placé à l'arrache, dans la boue (parce qu'il pleuvra, c'est évident), loin et tout. Mais 166€ pour les (sans doutes) places VIP, ça commence à revenir cher, sans compter le voyage jusqu'à Nevers etc..

Donc voilà, juste, je me dis que, *gni* quoi. DSotM, j'irais quand même bien le voir...

Corsac@20:04:45 (Echoes)

vendredi 03 mars 2006 (1 post)
Je viens de me faire ajouter sur icq par ce qui semble être un bot, ce qui donne des discussion relativement interessantes:

(19:34:31) Luisanne: bon soir
(19:34:37) Corsac: bonsoir
(19:35:01) Luisanne: comment va-t-il tu ?
(19:35:17) Corsac: ça va bien
(19:36:21) Luisanne: que as-tu fait aujourd'hui ainsi ?
(19:36:36) Corsac: bli
(19:37:14) Luisanne: aha
(19:37:53) Luisanne: as-tu des animaux domestiques ?
(19:38:17) Corsac: pourquoi ?
(19:39:06) Luisanne: seulement ainsi
(19:39:21) Corsac: et vice versa
(19:40:47) Luisanne: j'ai un cheval et un chien
(19:41:45) Luisanne: tu parles allemand
(19:42:52) Corsac: joker
(19:43:53) Luisanne: j'habite en effet en Allemagne
(19:44:10) Corsac: je suis devin !
(19:45:09) Luisanne: véritablement?
(19:45:15) Corsac: non, je blague
(19:45:38) Corsac: bon faut que j'y aille, je dois aller faire cuire un cheval et un chien
(19:46:58) Luisanne: prendre pauvre veus-tu moi sur cela ou ainsi ?
*STOP*



Bon, j'ai pas le temps de plus jouer ce soir, mais, c'est marrant.

Corsac@19:49:08 (Echoes)

samedi 04 mars 2006 (1 post)
Moi j'ai simplement regardé, suivi constaté. Sans comprendre, sans intervenir, sans rien faire.

Je n'ai rien fait, c'est ça. J'ai été passif. J'ai écouté les groupes, j'ai essayé de pas trop lacher les gens dont je connaissais la tête, j'ai pas connu grand monde, j'ai regardé les choses se passer, les gens onduler, s'embrasser, se mordiller, et recommencer. J'ai regardé sans comprendre, sans que les choses aient de liens, en me disant que c'était pas comme ça que j'avais imaginé les choses.

J'ai fait deux tentatives de conversation qui se sont soldées par des échecs, relatif dans un cas, total dans l'autre.

Heureusement, j'ai retenu le nom d'un groupe et celui d'une fille. Des fois que ça serve, un jour.

J'ai aussi, et encore, ressenti ce sombre gout dans la bouche, au moment où je réalisais qu'effectivement, les choses n'auraient pas du se passer comme ça, et qu'il y avait nettement pire que de passer la soirée en spectateur. Et que finalement y'a pas à se plaindre...

Corsac@21:30:49 (Echoes)

jeudi 09 mars 2006 (2 posts)
Le téléphone sonne à 11h53. J'aime pas être reveillé par des circonstances exterieures, mais c'est encore pire quand c'est le téléphone, vu à quel point je n'aime pas le téléphone. Je vais pour raccrocher violemment, quand je vois que c'est la boîte pour laquelle je postule en stage et avec qui j'ai un entretien demain. Du coup, je décroche, tout de même, on sait jamais, la volonté fait des miracles de nos jours.

J'ai la voix complêtement brisée, entre le mal de gorge que m'a refilé Manue et le concert d'hier soir ou j'ai chanté à perdre la voix (justement). En plus je viens à peine de me reveiller, ce qui n'arrange pas les choses.
Mon allo oui ? ne fait pas fuir l'interlocutrice, cela dit, même si elle doit se poser des questions (si elle m'en pose, je balance tout sur le dos de la maladie, elle l'a bien merité).

Cela dit, la suite me donne nettement moins envie de rire. Elle m'explique posément que je ne sais pas lire une offre (enfin elle le dit pas comme ça hein), que eux c'est une offre d'emploi qu'ils avaient publié, qu'ils cherchent quelqu'un pour une embauche et non pour un stage. Je lui explique posémment qu'ils ne savent pas lire un mail, que j'avais bien précisé dedans que c'était un *stage* que je recherchais, mais que y'avait moyen de gérer vis à vis de l'école, qu'on pouvait partir directement sur une embauche et voir pour le sujet/rapport/soutenance de stage un peu plus tard. Elle m'apprend ensuite qu'ils cherchent une personne avec de l'experience, et pas forcément un jeune diplomé, ce qui m'apprend surtout qu'ils n'ont en fait pas lu mon CV (qui nous a plutôt interessé), vu que c'est tout de même tout précisé dedans.

Je bataille comme je peux, mais elle finit par me dire que ça ne sert à rien de venir en entretien demain.

*paf*

Comme ça.
Alors que l'intitulé du poste me convenait *parfaitement*, alors que c'était dans un cadre qui me plaisait, pour une boîte que j'aime bien (et dans l'est parisien en plus, le bonheur)

Elle m'assène le coup de grâce en me disant que l'ingenieur qu'ils vont embaucher aura peut être besoin d'un stagiaire, lui, que je pourrai renvoyer un CV d'ici quelque temps...

Ah.

Oui oui, elle me dit ça, d'un bloc, sans sourciller. Ça réconforte vachement ça madame, non, serieux, j'adore. Non pis j'ai super envie de renvoyer un CV, vu la façon attentive dont ils sont lus. Je lui dis ça en substance, et poliment, et lui demande de plutôt me rappeller *eux* maintenant qu'ils ont déjà mon CV (et effectivement le mec qu'ils embaucheront saura peut être lire attentivement celui ci). Cela dit, je sais pas vraiment si j'aurais le courage de bosser comme stagiaire pour quelqu'un qui aurait été embauché «à ma place».

En fait, j'aurais du le *re*préciser lorsqu'ils m'ont appellé, ça aurait évité pas mal de déconvenue ce matin, au saut du lit.

Corsac@12:17:54 (Echoes)

Bon, cela dit, avant le coup au moral de ce matin, j'étais quand même en super forme. Enfin, juste avant je dormais, donc bon, de toute façon ça changeait pas grand chose, mais je parle plutôt de hier soir en fait.

Vu qu'avec Manue on avait loupé lamentablement le dernier passage de Mes Souliers Sont Rouges à Paris et qu'elle ne les avait jamais vu, quand j'ai croisé l'affiche par hasard dans le métro, je me suis jeté dessus. Nacara ayant été interessée aussi, nous voilà partis à trois à la Cigale. Pour une fois j'avais décidé d'être en avanceà l'heure, les deux autres n'ayant pas spécialement décidé la même chose je les attend un peu. J'en profite pour examiner la queue d'à côté, qui attend pour le concert à la boule noir. Le contraste est saisissant entre notre queue et la leur. Ils doivent j'imagine aller à un concert de métal ou truc approchant, je vois à perte de vue des petites goths, des androgynes, des gros métalleux, des maquillés, (des blacks, des chicanos, des junkies de 70 rien que la peau sur les os...), bref tout ce que le metal produit de sportif et de sain avait rendez vous là. Dans notre queue c'était plutôt de tous les ages, genre vraiment de 7 a 77 ans, pas mal de souliers rouges (mais pas tant que ça), comparé aux gens en noir d'à côté, c'est assez saissant :p. À 19h10 ils commencent à faire rentrer dans la Cigale (pour un concert à 20h...).

Du coup j'attend devant la porte, et on finit par rentrer. On s'installe dans la salle heureusement pas vraiment remplie, pose nos affaires, et tout d'un coup apercevont au dessus de nous ardea qui nous fait des grands signes. Dans le genre coincidence et small world effect... Surtout qu'elle n'est pas venue seule, y'a toute la famille avec elle. On se regroupe, et attendons patiemment le début du concert, la première partie (tout à fait sympatoche, mis à part le fait qu'il a sans doute un problème avec les filles ;p) dont j'ai oublié le nom.

Enfin, arrivent les 5 de MSSR, tous en souliers rouges comme il se doit. Et c'est parti pour deux heures de concert à chanter à gorge déployée. Une communication exceptionnelle entre le groupe et la salle (qui connaissait toutes les vieilles chansons par coeur, et certaines des nouvelles aussi), des farandoles. En plus la Cigale est une salle vraiment sympatoche. C'est pas aussi à l'arrache qu'à Bains de Bretagne où c'était dans un gymnase, mais c'est pas grave, des fois les "vraies" salles c'est bien aussi. Alors oui, l'absence de François (qui tapait du talon et qui chantait) était vraiment dure, mais le nouveau, à la batterie, est pas mauvais quand même.

Sur Petite Galiote, je pensais à Rom', l'année dernière, quand on la chantait dans la voiture, à 8h, la voix cassée, pleine de sommeil, completement faux parce qu'on chante faux tous les deux. Là c'était pareil, ils arrivaient pas à monter assez haut pour chanter comme François, ça m'a nettement reconforté.

Bref, un vraiment bon concert, et y repenser me remonte nettement le moral vis à vis de ce matin (et du fait que je viens de recevoir un autre mail de refus...)

Quand plus rien ne va
Que tout ne va pas
Quand plus rien n'est droit
Que tout est de guingois
On peut aller dans la forêt
Et avec des branches coupées
Se construire une jolie cahute
Jouer un petit air de flûte
Ou bien faire une petite turlutte

Corsac@14:05:53 (Echoes)

samedi 25 mars 2006 (1 post)
Bon ok c'est un peu un pretexte facile et un post facile. Voilà, j'ai 23 piges. Sisi, ça arrive, un peu tous les ans en fait, on change d'année, c'est pas bien grave. 23 en plus c'est vraiment une année lambda, genre encore pire que 19 (et pourtant).

Mais de toute façon, en fait, c'est pas comme si j'y pretais beaucoup attention, je me serais même limite laissé surprendre si y'avait pas eu quelques prémices (malcontreuses mais tout à fait charmantes).

Celà dit, là, ce soir, il a bien fallu que je m'en rende compte. Parce que j'ai été *grave* gaté. Genre nettement trop, pas raisonnable, tout ça. Genre comme ça.

Maintenant je vais pouvoir arrêter de pourrir les appareils photos des autres et les obliger à éplucher les centaines de rush que je laisse derrière moi. Je vais devoir apprendre à me servir de l'appareil et apprendre à faire des photos. Mais trop miam quoi, pouvoir jouer avec, surtout avec le printemps qui pointe son nez...En gros, y'a des chances que cette pauvre gallery reprenne un peu du service, elle qui était toute abandonnée en ce moment.

Ça remplace pas le compact qui est quand même bien pratique parce qu'il tient dans la poche, mais c'est clairement pas la même cour (ni le même usage).

L'ennui c'est que je sais pas si je vais avoir beaucoup le temps de me balader, de musarder, dans les prochains jours, étant donné que, fin de trimestre oblige, je suis relativement débordé. C'est pas spécialement que j'ai beaucoup de cours, mais les projets se rendant forcement un max à la bourre, et le stage qui se trouve pas tout seul, et le trikend éclé qui se prépare, bref j'ai de quoi remplir mes journées.

En tout cas, je m'occupe, et il me semble bien que je vais avoir quelque chose qui s'appelle genre des vacances de pâques, à un moment où à un autre, genre une semaine sur les deux scolaires. Reste plus qu'à trouver laquelle c'est, et à trouver quoi aller shooter.

En attendant, je retourne faire joujou \o/

Corsac@01:53:02 (Echoes)

jeudi 30 mars 2006 (1 post)
Organiser des choses, c'est pas facile. Tout le monde le sait, rien de nouveau là dedans.

Parfois c'est encore moins facile. Là en l'occurrence, tout est «trop» on dirait. Le projet a du commencer y'a au moins un an et demi, même si moi je m'y suis raccroché qu'il n'y a que quelques mois. On atteint facilement les quelques dizaines de personnes à bosser dessus, déjà trois weekend de préparation ont eu lieu.

Le tout, pour un weekend de trois jour, pour une centaine de jeune.

Quand on y réflechit, c'est un investissement énorme en terme de temps. Ce n'est que du volontariat (évidemment, compte tenu du contexte, mais comme je le précise pas il peut être utile de préciser ça), mais tout le monde est nettement motivé, pour une raison ou pour une autre.

Sauf que, quand plusieurs dizaines de personnes bossent ensemble sur un projet, depuis longtemps, avec des investissements divers, tout ne se passe pas forcément bien. Comme dans tout projet il faut un minimum de hierarchie, pour la répartition des taches. Il faut des responsables. Il faut compter avec les sentiments, avec les relations humaines et sociales. Il faut compter avec chacun des caractères, avec chacune des ((n*(n+1))/2) relations entre les acteurs. Il faut compter avec l'inertie de groupe, avec les avis divergents, avec la démocratie. Sans oublier que chacun prend sur son temps personnel, chacun s'implique d'une façon différente.

Bref, bosser en groupe c'est pas facile mais on n'apprend rien à personne. Parfois, les choses ne se passent pas tout à fait comme prévu. Parfois, malgré des mises au points, les choses finissent par clasher. Et ça laisse un gout amer dans la bouche.

Là ce soir c'est un peu ce qui est arrivé. Je sais pas comment ça va évoluer, je pense pas que le projet soit en danger, mais y'a quand même eu un départ un peu cavalier d'un des intervenant de la mailing list (après envoi d'une mise au point, justement, et sans doute reception de ma réponse). Ça bougera sans doute demain, mais là, sur le coup, ça laisse vraiment un gout bizarre dans la bouche...

Corsac@01:27:27 (Echoes)

Images
Stats
  • 1512 posts
  • 6277 jours
  • 0.24 posts/jour
  • IRC
  • Last.fm
Stuff
Gallery
Tech
Webcomics
Weblogs
Desktop