Echoes Corsac.net - Echoes camshot
dimanche 01 janvier 2006 (1 post)
En ce moment, les après midis de weekend se suivent et se ressemblent. Sieste pour tout le monde, ou presque, et chacun sa méthode:

La version appuyé sur ses bras:



La version bouboule en rond papattes croisées:




La version poire sur sol dur:



La version je tourne en rond:



La version je fais des posts débiles sur mon blog:




Sinon, bonne année hein.

Corsac@16:07:32 (Echoes)

lundi 02 janvier 2006 (1 post)
(oui, je sais...)

Je dramatise peut être un peu (et pourtant c'est pas trop mon genre), mais je suis étonné que personne n'ait l'air de se préoccuper plus que ça de l'affaire Ukraine/Gasprom. J'ai pas spécialement d'avis sur l'affaire elle même, je trouve que quadrupler le prix du gaz d'un jour à l'autre c'est quand même relativement gonflé, mais apparament c'était pour s'aligner sur les prix du marché, donc bon, ça peut se comprendre d'un certain côté.

Par contre j'arrive pas à m'oter de l'idée que ça fait très provocation de la Russie, tout de même, pour obliger (par exemple) l'Ukraine à pomper dans le gaz qui passe sur son territoire, histoire de pouvoir l'agresser ensuite. Je me fais ptet des films hein, mais je trouve que ça ressemble à ça. Provoquer suffisament l'autre pour se positionner en état de légitime défense. Et j'ai plus l'impression que c'est la Russie qui joue ce rôle là (je vois assez mal l'Ukraine chercher à provoquer volontairement la Russie...).

Ça fait un peu remake des scénarii de Flanker et Lock-on, je sais, mais bon, j'arrive pas à pas trouver ça bizarre.

Et j'avoue craindre un peu l'escalade... La militaire.

[EDIT]: ca va péter

Corsac@16:34:08 (Echoes)

mardi 03 janvier 2006 (2 posts)
Via kwyxz.



Je passe le relais à DDQ (oui c'est de la triche), et à qui veut.

Corsac@19:54:03 (Echoes)

Via kwyxz.



Je passe le relais à DDQ (oui c'est de la triche), et à qui veut.

Corsac@19:54:03 (Echoes)

jeudi 12 janvier 2006 (1 post)
Via Corsac [...]

Corsac@17:14:24 (Echoes)

dimanche 22 janvier 2006 (1 post)
Beaucoup de choses à raconter, beaucoup de thèmes à aborder. Peu de temps pour écrire, ces derniers temps, beaucoup de choses à faire, à organiser, à créer. Il y a eu les 50 ans de Catou, «Fifty, Fifty par Drôle de Quartier» notre premier évenement. Sur une idée originale de Manue, chef de projet automatiquement désignée, on a commencé à lancer des idées, en l'air, à orager des cerveaux, à piloter des comités, à agir dans son dos, comme elle l'avait maintes fois déjà fait. Une sorte de revanche, finalement. Elle qui était de tous les évenements, professionnels ou familiaux, et qui ne les vivait jamais que depuis l'œil de la prod'.

Commencer doucement, mêler des idées, des envies, de la famille, du boulot, des gens qu'elle aime, des choses qu'elle aime, des lieux qu'elle aime, des moments qu'elle aime. Méler tout ça, et laisser la mayonnaise monter. Réunir le passé dans le présent pour songer au futur. Quelque chose chose d'aussi cliché que ça, mais bien monté. Lui faire son évenement à elle, où ce soit elle la reine, elle qui subit, elle qui ne sait pas où elle va et qui nous fait confiance.

La balader dans Paris, à la recherche de ses petites cuillères, et contrer l'offensive de l'Église de la paille Sacrée, retrouver de ci de là les gens, les moments et les choses. La faire bosser, marcher, manger, faire du vélo, à travers sa vie. Revenir le soir et lui offrir une soirée à la maison, avec tout le monde. Regarder les étincelles dans ses yeux, tout le monde là, et se sentir heureux de l'avoir fait, d'avoir créé quelque chose, d'avoir réussi à réunir.

Réussir à créer l'émotion n'est pas si facile, mais c'est vraiment agréable quand ça marche. Ça donne envie de continuer, encore et encore. La prod', c'est un virus un peu. Quand on le contracte, c'est pas facile de s'en débarasser en fait. Méfiez vous, ça pourrait vous arriver. Mais c'est que du bonheur, aussi.
C'est des nuits courtes en perspectives, c'est faire rentrer des pièces rondes dans des trous carrés, c'est des déception parfois, mais c'est aussi un bonheur imprescriptible quand ça marche.

Et quand c'est fini, quand chacun est rentré chez soi, quand chacun a repris son train ou son métro, qu'on s'endort dans son lit le soir, on a un sentiment de vide dans le cœur. Le syndrome «retour de camp d'été». Alors, pour remplir ce creux, on se rejette dans le projet suivant, parce que s'investir, c'est quand même génial.

Dire oui à tous les projets a nettement un côté dangereux, mais c'est aussi profiter du fait que les cours me laissent relativement du temps. C'est profiter de cette année cool niveau professionnel pour faire des choses que j'aurais peut être pas le temps de faire plus tard. C'est rattraper aussi les quatre ans que j'ai passé loin des éclés, et me réinvestir dedans.

Du coup, après la vision du film du Trikend (ndlr: un trikend c'est comme un weekend, mais sur trois jours) d'il y a deux ans sur la flibusterie, j'avais été conquis. Quand j'ai appris que y'en avait un cette année, et qu'il se ferait sans doute dans un chateau, j'ai pas hésité, j'ai plongé dedans. Mais tout ceci restait vague, immateriel. Avoir des nouvelles que par internet ne suffit certainement pas à monter quelque chose. Mais maintenant c'est chose faite, je me sens vraiment dans le projet. Après un weekend au chateau en question, à fusionner des idées, à visiter le chateau, à reperer les environs, à imaginer 120 éclés éparpillés. Ça va être quelque chose de grand, je le sens. Beaucoup de boulot aussi, mais j'ai envie de voir des éclairs dans les yeux de tout le monde à la veillée finale. Et on a trois mois pour réussir.

Ça devrait le faire, ouais.

Corsac@22:59:32 (Echoes)

mercredi 25 janvier 2006 (1 post)
De temps en temps, je me souviens de cette nuit noire, completement noire. Cette nuit ou je n'ai pas compris ce qu'il s'est passé, ou j'étais completement aveugle et où pourtant ça ne me génait pas.

Je comprends toujours pas ce qu'il s'est passé à l'époque, comment c'est arrivé. J'y repense de temps en temps, sans oser l'évoquer.

C'était un instant à part, en dehors du temps, c'était sans doute un rêve, et c'est rare de refaire deux fois le même rêve.

Corsac@20:49:13 (Echoes)

vendredi 27 janvier 2006 (1 post)
D'un côté on a l'ignorance, pure et simple. Un trou noir, quedalle. De l'autre, une simple phrase, incisive, claire et nette. Un non simple et posé.

Dans les deux cas, ça fait mal, dans les deux cas on s'interroge. Pourquoi ?

Moi qui refuse autant que faire se peut de faire du mal, au point d'en faire par peur d'en faire (et par égoïsme aussi, j'admet). Moi qui évite à tout prix de perdre ces amitiés.

Pourquoi, finissent elles par s'en aller, doucement, tranquillement ?

Et puis, un non simple et posé, soit, mais il a fallu que j'aille le chercher. Il a eu le mérite d'être clair, mais j'ai eu besoin de demander.

Pourquoi les gens ont besoin de se trouver des excuses, pourquoi les gens laissent mourir ?

Moi y compris, d'ailleurs.

J'aime pas les tonalités négatives, mais la, quand coup sur coup, deux fois dans la journée, ce genre de nouvelles arrivent, c'est pas super agréable.

Et il fallait bien cet anniversaire pour me reconforter.

Bon anniversaire crapule !

Corsac@00:04:56 (Echoes)

dimanche 29 janvier 2006 (1 post)
Parfois c'est marrant de se (re)sentir gamin, de s'exciter pour des bétises, pour rien.

Juste passer une bonne soirée au final. Même si on t'assure que l'année dernière y'avait vachement plus de monde. Même si la programmation aurait pu être un peu mieux. Même si j'aurais bien aimé un bar classic rock.

Bref, tout ça pour dire que hier soir j'étais au Gala Telecom, parce que quand même, j'avais encore jamais fait de vraie soirée étudiante, et que ça me semblait pas mal de commencer par là.

J'avais un peu peur, du fait que personne du mastère n'y allait, et qu'y aller tout seul c'est pas forcement évident (surtout qu'apparement les années précedentes c'était de l'ordre de 1200 personnes quoi). Heureusement que y'avait quand même des gens de ReZeL qui y allaient.

Au final, j'ai pas vraiment fait connaissance de nouveaux gens (trop timide, tout ça), mais c'était quand même sympa. Là.

Et c'est agréable cette petite impression que pourquoi pas il pourrait y avoir du nouveau. Que pourquoi pas des choses pourraient changer. Que pourquoi pas il pourrait y avoir des découvertes à faire.

C'est excitant, un peu, ce côté inconnu et découverte. Tellement que j'aimerais vraiment bien que ce soit le cas, et je suis pressé d'aller plus loin.

Sinon, rien à voir, mais je viens de me rendre compte que vendredi prochain j'étais en vacances pour une semaine, ce que je trouve encore proprement indécent (comme les vacances de la Toussaint quoi en gros), et que je sais pas encore très bien ce que je vais en faire.

Corsac@00:36:11 (Echoes)

Images
Stats
  • 1513 posts
  • 6392 jours
  • 0.24 posts/jour
  • IRC
  • Last.fm
Stuff
Gallery
Tech
Webcomics
Weblogs
Desktop