Echoes Corsac.net - Echoes camshot
mardi 03 août 2004 (1 post)
En fait ce qui me dérange dans le fait de bosser, je crois que c'est ça. La routine des jours, attendre le weekend ou les vacances, rentrer chez soi le soir.
Ce que je fais me plait (et je dis pas ca uniquement parce que je sais que des gens d'Easter-Eggs peuvent passer ici (coucou \o/), j'aime vraiment ce que je fais).
Mais j'ai l'impression que c'est pas compatible avec une "vie trépidante".
D'un autre côté, je sais parfaitement que j'ai tort, y'a eu une semaine ici ou je suis quasiment sorti tous les soirs, donc c'est pas vraiment la routine.

C'est peut être lié à la distance aussi, le fait de faire les trajets en métro d'abord, puis Paris est une ville très grande quand même, ya moins un bar de réference ou se retrouver le soir après le taf.
Et puis aussi, l'ambiance du taf n'a quand même pas grand chose à voir avec l'ambiance d'un campus étudiant, il faut le dire. Même si on peut boire des coups ensembles et que c'est plutôt bon enfant (enfin à EE, autre part ca peut varier aussi), ca reste pas une ambiance étudiante (et pour cause).

Je suis content du mode de vie que j'ai à Rennes, enfin que j'avais l'année derniere. J'ai hate de decouvrir ce que va être celui de cette année. Faut qu'ons e bouge le cul pour trouver un appart en colloc, mais j'ai de plus en plus envie en fait.
Et puis ça fait aussi un peu plus départ. Les deux ans là je revenais pas mal à Paris, et la chambre à la résidence c'était pas non plus vraiment un appart. Là, ca sera vachement plus "chez nous" j'ai l'impression. Et j'ai aussi envie de découvrir ca...

Corsac@22:03:06 (Echoes)

jeudi 05 août 2004 (3 posts)
L'anniversaire, apparament. En fait rien de spécial.
Rien à signaler du tout en fait. Fait la connaissance d'ana. Croisé le regard de jolies filles. Vu un string ostensible (qui n'était pas celui de Klaims, non mais ho !).
Pour le reste, un Paris Carnet tout ce que y'a de plus normal.
A noter que Mr Peer a beaucoup parlé, ce qui veut dire qu'il avait beaucoup bu. Et j'ai eu du mal à le ramener. D'ailleurs j'aimerais bien qu'il se manifeste pour dire qu'il est effectivement rentré, hein ? yoohoo ?

Corsac@00:31:09 (Echoes)

Ambiance du post: Massive Attack - Angel

Le coeur serré. Une vague nausée. Un serrement dans la poitrine.
Marre des espoirs déçus.
"non je ne peux pas", "non c'est pas possible", "non pas ce soir", "non, finalement je ne viendrai pas"...
Impression (fausse) de sens unique. Impression de me débattre dans le noir.
Je suis moite, ce temps me déprime.
Je tente de batir quelque chose sur du sable mouvant, dans le brouillard.
Je devrais avoir l'habitude, ce groupe est fait ainsi. Et les plus fidèles seront là.
C'est la somme de toute les déceptions qui me met dans cet état là, ca ne durera sans doute pas, le sourire reviendra, comme toujours.

Mais là, ce soir, j'ai envie de m'endormir dans un bain. Mais je ne sais même pas si j'ai envie qu'il soit frais ou chaud.

On s'arrangera autrement, je les verrais plus tard, une autre fois, ou jamais. Ça n'a pas d'importance, dans ce cas.

Il en est des sur qui je compte, et qui le savent. Ils ont un grand pouvoir sur moi, ils n'en abuseront pas... j'espère.
J'ai besoin de vous.

[EDIT]: et zou, un de plus

Corsac@19:15:57 (Echoes)

J'adore cette chanson.
Elle me retourne les entrailles. Je suis (bizarrement) incapable de pleurer en ce moment, mais elle me mettrait au bord des larmes.
J'adore la façon dont elle début, le piano, puis la respiration, sur laquelle, sans y penser, je me synchronise. Puis je me laisse envahir par les basses, et je m'envole.
J'en rechappe à nouveau par le piano, vite, trop vite.
Si elle avait des paroles, je vous les posterais. Mais elle n'en a pas, et finalement peut être que c'est tant mieux.
Elle ne raconte pas d'autre histoire que celle que l'on entend.

Corsac@21:41:20 (Echoes)

jeudi 12 août 2004 (2 posts)
Peu de temps pour parler depuis vendredi.
Romaric, Solène, puis Delphine.
Paris à pied, berthillon, café egyptien, ballades, films, musique.
Trop court.
Pas eu le temps de faire tout ce que je voulais. Mais ne pas se presser ça nous a tous fait du bien. Ne pas se poser de questions sur l'emploi du temps, profiter d'être à quatre pour se donner du temps de parler, du temps pour écouter. Du temps pour ne rien faire. Pour faire ce qu'on avait envie de faire. Subir les halles et les magasins pour le plaisir d'être avec eux. Se poser sur le balcon et sentir la pluie qui raffraichit et arrose les plantes. Regarder Paris la nuit.
Traverser Paris à la marche, dans un sens et dans l'autre. Se promettre de recommencer ailleurs, plus tard, un jour.
Être bien.

Conclure à l'arrache, pour prendre un train, à deux, vers l'Est, vers Strasbourg, vers un coin que je ne connais pas.
Faire une folie, l'allez/retour en 24h, pour eux deux:
Archive, Massive Attack.
Impressionnant, époustouflant. Le bonheur, les organes qui vibrent encore sur les basses. J'aurais vécu ça.

Puis le retour, seul. Dormir, lire. Réapprendre à être seul, même si ça n'était que quelques jours. Reprendre pied.
Et repartir demain.

Corsac@14:59:07 (Echoes)

Dans le noir.
Pas un mot.
Se passer de l'ouie et de la vue, pour une fois.
S'en remettre aux autres.
Odorat, gout, toucher.
Sentir, gouter, caresser.
Faire confiance à ces sens, redecouvrir le corps.
Réapprendre sans parler, sans regarder, sans écouter, sans être vu.
Être surpris, étonné, heureux des découvertes. Toucher, explorer à taton. Partir à la recherche, au hasard.
Trouver, profiter, s'abandonner.

Sans dire un mot, sans se voir.
S'oublier, l'oublier. Etre invisible et inconnu, méconnaissable.
Être à part, dans les nimbes, s'enfoncer dans les nuages...

Puis se reveiller, et repartir, le sourire aux lèvres.

Corsac@15:20:59 (Echoes)

lundi 16 août 2004 (1 post)
Le caceres me réchauffe de l'interieur tandis que le feu me réchauffe de l'extérieur.
Une buche tombe, des étincelles s'envolent vers le ciel rejoindre les étoiles filantes qui descendent à leur rencontre.
Je suis bien, le feu me brûle le nez, la guitare et les chants m'atteignent à travers le bruit des sapins.
Les voix cristallines des cousines m'enchantent tandis que la reserve de bois ne consent qu'à peine à diminuer.
Un weekend rapide, mais bien rempli, des balades, du feu, des chants, des cousines, de l'oubli...

Corsac@18:34:38 (Echoes)

mercredi 18 août 2004 (2 posts)
La simplicité, ça a du bon.
En tout cas parfois, je ne tiens pas à faire de géneralisations abusives, et puis de toute façon generaliser sur une soirée c'est pas très facile.
J'aime bien marcher dans Paris, même si c'est pour trouver un bar qui n'existe pas, pis j'aime bien manger dans des chinois hors de prix avec une gonzesse qui téléphone à table.
Bon ok, je suis pas totalement masochiste et c'est pas un de mes petits plaisirs préferés, mais c'est fou comme c'est agréable d'apprendre des choses des gens qui nous en font découvrir.

Ou alors c'est la Chimay.

Encore que je prefere la bleue, mais à choisir avec la Delirium, je prend la Delirium. Et avec ca j'ai oublié mon verre, mais c'est pas grave c'était pas le bon.
Et puis tiens, ca m'a rappellé le bon vieux temps ca, putiser toute la soirée.
Et puis finalement j'aime bien les trucs un peu intimes, ou on arrive à s'entendre (enfin sauf les sourds, mais ca on peut rien pour eux).
Ah pis tiens, j'ai oublié de le prevenir que derriere lui y'avait quand même des jolies filles, mais d'un autre coté y'en avait aussi une en face de lui, pis il avait la glace en face aussi, après tout.
Et puis un semi retour à pied, avec l'humeur d'un semi vendredi. Envie de faire des cabrioles dans la rue, mais bon, finalement non.
Ca m'aura tout de même permis de croiser Eterle et Ancolie, et de les reconnaitre (et de me faire reconnaitre, ce qui n'est pas évident sachant qu'Ancolie je devais avoir 11 ans la dernière fois que je l'ai vue).

Une fin de soirée un peu nostalgique, mais c'est pas grave, quelque chose me dit que je poste mieux dans ces cas là.

Ou alors c'est la Delirium.

Corsac@00:42:41 (Echoes)



Tu peux regarder aussi, si tu veux.

(Merci à kwyxz pour l'image.)

Corsac@16:15:24 (Echoes)

jeudi 19 août 2004 (2 posts)
(avait 3 fils, quel suplice)

C'est nul. Faut avouer, quand même que c'est vraiment nul. Mal réalisé, mal joué, le scenario ne tient pas debout, les acteurs jouent mal, ne sont pas crédibles et les rôles n'ont aucun interet.
Le seul truc qui peut être sauvé, à mon sens, c'est l'idée de faire un film dans ce cadre (comprendre *contexte*).
Pour le reste, bah quand même, c'est nul, faut bien le dire.
Je me suis pas ennuyé en fait, juste j'ai constaté pendant toute la durée du film que c'était mal fait.
Et puis quand même, oser toucher à la légende du Roi Arthur, faut oser... (surtout quand il est joué par un mec à mi chemin entre Alain Chabat et Nicolas Cage).

Pour le reste, si vous avez la carte UGC illimité et que vous avez du temps à perdre, allez y et faites vous votre propre idée :)

(mais c'était un excellent roi, oui ma foi)

Corsac@00:28:03 (Echoes)

Je sais pas vous, mais moi ça m'arrive souvent de penser à des trucs (et pas seulement des idées de posts) juste avant de m'endormir.
C'est toujours un moment propice, au calme, on peut penser tranquillement, reflechir, et parfois on a des idées qui nous viennent.
D'autres c'est au milieu de la nuit, ca les reveilles en sursaut.
Le problème, c'est que tout ce à quoi on pense dans ces cas là, bin c'est dans la mémoire à court terme.
Et comme qui dirait on a un problème quand on s'endort (enfin moi en tout cas). Y'a pas de synchronisation entre la mémoire à court terme et le disque dur, comme qui dirait.
Du coup, bah tout ce qui était en mémoire, c'est finalement jarté. Parfois je me souviens même plus que j'avais pensé à quelque chose (de revolutionnaire, genre un convecteur temporel ou le post de l'année), parfois ça me revient vaguement le lendemain matin, sans pour autant me souvenir de quoi précisement ca parlait.
Bon ok je découvre rien, c'est arrivé des millions de fois à des millions de gens, mais tout de même, c'est bien désagréable de louper cette synchro.
Personne veut developper la commande sync pour le cerveau humain ?

Corsac@00:38:38 (Echoes)

dimanche 22 août 2004 (2 posts)
Je rêve d'une rencontre atypique.
Je rêve d'une soirée à être biens, à faire des choses qu'on aime, à plaisanter, à boire une bière, à faire les geeks.
Je rêve d'une soirée où l'on écouterait de la musique qui nous mettrait d'accord, qui nous ravirait, que l'on redecouvrirait avec un nouveau regard parce qu'on l'écoute avec quelqu'un d'inhabituel, et que l'on a une écoute differente suivant les personnes avec qui l'on est, comme on a une vision differente suivant la personne avec qui on regarde un film.
Je rêve d'une soirée qui se finirait tard, où l'on se confierait, où l'on parlerait de soi, de l'autre, des envies, de la vie, de tout et de rien, en écoutant de la musique douce.
Je rêve d'une soirée où l'on irait au lit presque naturellement, où l'on s'endormirait au milieu d'une phrase, parce que fatigués.
Je rêve d'un matin où le reveil serait doux, où l'on se leverait tout doucement parce qu'on n'est pas du matin, même s'il est à midi, où l'on chercherait du café et où on finirait par se faire du thé.
Je rêve d'un petit dejeuner où elle me préparerait mes tartines de nutella parce que je refuse de toucher la nutella avec un couteau.
Je rêve d'une journée où j'aurais constament 3h de retard sur l'horloge parce que je ne verrais pas le temps passer.

J'en rêve, et je l'ai eu.
Merci.

Corsac@11:18:43 (Echoes)

PCmac

Corsac@16:08:18 (Echoes)

mardi 24 août 2004 (1 post)
Tu commences, fier comme Artaban. Tu rutiles, les gens te regardent, ils se retournent pour te voir passer, droit comme un I. Ils n'osent croiser ton regard, tu sens le respect dans leurs yeux, tu es bien.
Tu travailles pour le bien de tous, tu les protèges, tu surveilles. Tu te sens reponsable de la sécurité des gens, tu fais du zèle pour qu'ils se sentent bien. Tu es partout, attentif à tout. Tu sens la reconnaissance autour de toi.

Puis les jours passent, se ressemblent, et rien ne se passe. Tu as l'impression de ne servir à rien. Les regards sont toujours les mêmes, mais tu ne trouves plus de reconnaissance, tu ne sais pas ce qu'ils veulent dire.
Tu t'ennuies, tu cherches des occupations, tu t'invente du danger, des suspects.
Tu te souviens des parties de gendarmes & voleurs quand tu étais petit, et tu as la nostalgie. Tu te réinvente les parties.
Celui ci qui passe en courant, avec ses cheveux longs et son tshirt bizarre, ca pourrait être un voleur, tu lui courrerrais après.

Et puis le temps continue de passer, et tout ça ne suffit plus, tu veux passer aux choses serieuses. Les gens te regardent bizarrement, il y'a de la peur dans leurs yeux. Si ils ont peur ils ont quelque chose à se reprocher, pas vrai ? Tu n'en peux plus de tous ces regards, tout le temps. Ils sont bizarres, ne doivent pas avoir la conscience tranquille. Toute cette foule, contre toi, c'est ton ennemie.

Alors tu choisis une cible, tu te planques avec les autres derrière la boutique de bonbons à Gare du Nord, tu attends qu'elle passe et tu lui sautes à la gorge.

Corsac@16:44:35 (Echoes)

vendredi 27 août 2004 (2 posts)
Hier, j'ai failli faire un post qui se serait appellé "Drôle de coincidence".
En descendant à Montparnasse, pour aller au boulot, je croise dans la rue, parfaitement par hasard, une nana qui était dans la résidence quand je suis arrivé à Rennes, y'a deux ans genre. On avait un peu sympathisé, sans plus mais quand même un peu (c'est elle qui m'a fait essayer de jouer vaguement à la gratte, surtout qu'elle avait commencé en me jouant Wish you where here, alors forcement hein moi je craque, bon ok ca a duré deux mois (6 pour le médiator dans la poche)).
Bref, elle était plus à la résidence l'année derniere et j'avais pas la moindre idée de ce qu'elle était devenue, et là pouf comme ca un matin je la croise, bon ok elle habite dans le coin mais tout de même Paris c'est grand et pour arriver à être au même endroit au même moment, c'est pas gagné.

Donc, j'ai failli faire un post là dessus, pis d'autres choses dans la journée, mais j'ai eu du taf (sisi je vous assure), j'y ai pas pensé, toussa.
Le soir, en quittant le taf je me dis que je vais écrire le post en arrivant chez moi.
Et puis, limite en sortant du boulot, je recroise la nana en question, comme ca, pouf.
Alors je veux bien croire aux coincidences et tout, je sais qu'elle habite juste à coté et que c'est vaguement des horaires de boulots les moments auxquels on s'est croisés, m'enfin tout de même, pourquoi on s'est jamais croisés avant dans ce cas là, ca fait 2 mois que je fais ce trajet matin et soir.
Ou alors elle est chargée de me surveiller, mais hier elle était fatiguée donc pas attentive, je sais pas. Sauf que bon je l'aurais pas croisé dans ce cas là.

Bref, c'est bizarre autant qu'étrange, mais j'aime bien ce genre de coincidences, et pis on n'a aucun moyen de se joindre ni l'un ni l'autre et on s'en tape on n'est pas les meilleurs amis du monde, mais ce genre de relation arriver à les croiser par pur hasard de temps en temps, je trouve ca pas mal, ca serait bien si ca pouvait être souvent comme ca, pouf je recroise une vague connaissance que j'aimais bien mais sans plus.

A part ca, je suis une teigne dans le métro, mais j'en ai marre des gens mous, même le matin quand j'ai la tête dans le cul j'ai besoin que les gens réagissent vite pour s'écarter et me laisser passer, et pas rester coincé derrière eux pendant des heures.
J'aime pas non plus les filles qui mettent Angel (et surtout dans le métro, parce que dans l'absolu le parfum dans le métro c'est pas top je trouve), parce que Angel c'est elle, et c'est tout.

D'ailleurs cette superbe transition me permet d'enchainer. J'avais envie de la remercier, Elle, parce qu'elle m'a redonné le gout de la lecture, y'a un an. Que grâce à elle je prend à nouveau du plaisir à lire, voire à dévorer, que j'ai découvert pleins de bouquins de pleins de styles differents, qu'elle m'a fait découvrir pleins de trucs. J'ai adoré ces après midi entières passées à bouquiner en silence, l'un à côté de l'autre, sans rien dire, sans bouger, juste quelques regards de temps en temps, sans silence gené, juste heureux de partager ça.
Et que, dans un domaine plus prosaïque qui me permet de renouer avec le métro qui est, vaguement, le fil conducteur de ce post (pourtant presque sans queue ni tête), c'est vachement pratique dans le métro et du coup je m'en fous d'avoir 40 minutes de trajet pour aller au boulot, parce que ca me permet d'avancer dans mon (mes) bouquin(s).
Par contre, l'inconvenient, c'est que lire 40 minutes et ensuite faire une pause jusqu'au soir ou au lendemain matin, ça fait un peu intermittent et des fois c'est pas facile de se remettre précisement dans le bain à l'endroit où on en était.

Bref, j'ai un peu floodé mais voilà, j'avais envie de laisser le clavier défiler sous mes doigts.

Corsac@13:51:13 (Echoes)

La prochaine fille que je vois, je lui déclare ma flemme.

Corsac@14:19:22 (Echoes)

dimanche 29 août 2004 (1 post)
corsac@hidalgo:~$ grep -R fuck /usr/src/linux-2.6.8 | wc -l
51
corsac@hidalgo:~$ grep -R luck /usr/src/linux-2.6.8 | wc -l
157

Ca se passe de commentaire

(pour les nons geek, c'est un compte des occurrences de "fuck" et "luck" dans les sources du noyau linux, version 2.6.8)

Corsac@03:10:21 (Echoes)

lundi 30 août 2004 (1 post)
My love
Your light
Incantations
Struck stars
Like tears fall
The sequence ends

Downtime
God speed
Everywhen
We concede
The sequence ends
And begins

Everything
You think you know
Everything
You think you know
You think you know

Blood ties
Blood ties
The sequence ends

Massive Attack - Everywhen
(avec tout ce que ca implique)

Corsac@22:31:14 (Echoes)

Images
Stats
  • 1512 posts
  • 6215 jours
  • 0.24 posts/jour
  • IRC
  • Last.fm
Stuff
Gallery
Tech
Webcomics
Weblogs
Desktop